Photographe de films : un métier

 

Le besoin et l’utilisation des photographies

 

Le travail du photographe sur un tournage

 

Qu’est-ce qu’un Blimp ?

 

 

Le passage du support argentique au support numérique

 

A l’époque de la photographie exclusivement argentique, le photographe du film rendait ses pellicules à la production en fin de journée, tout comme les rushes. Les pellicules étaient développées au laboratoire, les sélections et validations par les acteurs se faisaient à partir de planches contacts ou d’épreuves de lectures afin que des tirages calibrés et définitifs soient ensuite réalisés. Plus tard les images argentiques ont été scannées pour faciliter la communication et répondre à un marketing en pleine mutation.

Les frais de pellicule, de labo et le processus de tris/validations étaient pris en charge par la production.

Nous sommes passés à l’ère du numérique.

Pour des raisons pratiques, les photographies sont maintenant prises grâce à des appareils photo numériques professionnels. Grâce à cela, il y a une grande économie de papier photo et de produits chimiques (ce qui n’est pas mal pour la planète!).

 

Le photographe doit investir dans un matériel photographique et informatique de pointe, qui composent sa « bijoute », pour être techniquement à la hauteur et pouvoir suivre les évolutions des prise de vues cinématographiques : les pellicules modernes sont plus sensibles et le tournage en Digital Cinéma permet de tourner en très basse luminosité.

 

 

Photographies VS Photogrammes

 

Workflow du photographe

 

Post-production

 

Toute reproduction, représentation ou usage même partiel des photographies sans l’autorisation de l’auteur, des ayants-droits ou ayants-cause est interdite.